0262 31 89 89

66, rue du Père boiteau 97413 Cilaos

Maison de la broderie

Connaissez-vous la broderie de Cilaos ?

Rares sont ceux capables de répondre à cette question car très peu de gens savent où se trouve Cilaos, dans l’un des 3 cirques de l’île française de la Réunion, dans l’océan indien, à 700 Km à l’est de Madagascar.

Si, à l’heure actuelle, le réseau routier de l’île est bien développé et qu’on peut aisément visiter la région, il n’en fut pas de même au 19ème siècle. Les 3 cirques du centre étaient totalement coupés du reste de l’île. La route de Cilaos ne fut percée qu’en 1932. Auparavant, on ne pouvait accéder au village, refuge des esclaves marrons (en fuite) qu’à pied, par des sentiers abrupts et dangereux, ou bien en chaise à porteur pour les curistes fortunés.

C’est cet éloignement qui est à l’origine de l’action d’Angèle Mac Auliffe, le développement de la broderie connue aussi sous le terme « jours de Cilaos ».

Angèle Mac Auliffe

Angèle Mac Auliffe est née en 1877 dans le cirque voisin de Salazie ; c’est la plus jeune fille d’un médecin de marine. Sa mère est morte à sa naissance. En 1897, elle suivit son père à Cilaos, lieu encore plus enclavé que son lieu de naissance où celui-ci prit en charge la direction de l’établissement thermal. Comme toutes les jeunes filles de bonne famille, Angèle apprit et pratiqua la broderie blanche pour personnaliser son trousseau. Elle s’inspira pour cela de l’encyclopédie des ouvrages féminins de la Viennoise d’Hélène de Dillmont.

Cette dernière, en association avec la filature D.M.C de Mulhouse s’était fait un devoir d’enseigner aux femmes et jeunes filles appliquées, l’occasion de connaître et d’apprendre toutes les facettes de l’art de la couture et des travaux d’aiguille grâce à cette encyclopédie.

C’est grâce à cet ouvrage que la jeune Angèle a acquis en autodidacte ses connaissances en broderie et a ainsi meublé sa solitude (son isolement).

A Cilaos elle ouvrit un atelier de broderie pour enseigner son art aux jeunes filles du lieu et leur offrir une source de revenus. En partant de la broderie de Ténériffe, elle développa une nouvelle forme de broderie dite « de Cilaos »figure 1).

Broderie de Cilaos
Figure 1

La première se pratique sur un métier en bois, plus tard en plastique, puis est appliquée sur le tissu. La jeune française de 20 ans quant à elle, prend de la toile de lin et travaille directement sur le tissu, comme cela se pratique aussi pour la technique norvégienne du Hardanger. Mais la broderie de Cilaos se démarque de cette dernière méthode en sortant du strict schéma du fil trame / chaîne, en offrant aux brodeuses la possibilité de lancer des fils et d’imaginer des formes nouvelles, inédites. La nature environnante étant source d’inspiration. Grâce à cette méthode de broderie, toutes sortes de motifs peuvent donc être créés, plus nombreux et plus grands que ne le permets la broderie de Ténériffe.

Pas à pas on peut suivre la progression, les diverses étapes d’un ouvrage . Sur une toile de lin on tire délicatement un fil pour matérialiser l’emplacement, les contours du motif. Puis on lance des fils que se croisent au milieu, à l’intérieur de ce contour et sont fixés par un feston tout autour. Le motif débute toujours par le milieu. On utilise pour cela du fil D.M.C. n°50 ou n°100 selon la nature de la toile et du motif.

Pour l’heure, il existe 48 motifs, tous tirés du domaine végétal ou animal. On trouve ainsi le chrysanthème, le dahlia, le lys de St Joseph la pâquerette, le cosmos, la fleur de café et grenadine, le papillon, le paille en queue, emblème de l’île. Un seul de ces motifs, dans un carré de 5 cm X 5 cm représente pour une brodeuse confirmée, un jour entier de travail.

La broderie de Cilaos s’exécute surtout en blanc pour décorer le linge de maison : taies d’oreillers et draps, nappes, serviettes de tables, napperons et toutes tailles. L’exécution de cette broderie  exigeant beaucoup de temps et le prix élevé de la toile de lin font que le prix de revient de ces ouvrages soit assez élevé. On trouve aussi cette broderie sur des vêtements, des chemisiers, des cols voir des brassières et des robes de baptême.

Maison de la Broderie

Les horaires d’ouverture : du lundi au jeudi de 08h00 à 12h00 et l’après-midi de 12h45 à 16h30, le vendredi de 08h00 à 12h00.

Contact